Billet d’humeur #3 // J’aurais voulu être une artiste

Aussi longtemps que je me souvienne, j’ai toujours voulu être une artiste. J’aimais danser, chanter et amuser la galerie (Traduisez : Faire kiffer la famille !).
A l’âge de 8 ans, je découvre le théâtre et là, c’est le coup de foudre entre le plancher et moi. En même temps, même si j’étais tombé en amour avec la chanson, elle, ne m’avait pas vraiment choisie. Qu’importe, j’aimais être sur scène et jouer à être quelqu’un d’autre que moi pour un public qui me regardait moi.
J’ai alors 8 ans et je veux crier au monde : « Laissez moi tranquille avec vos tables de multiplications, moi j’ai déjà trouvé ma voie ».

Il était une fois dans l’ouest

Toute l’année, je travaille mon rôle avec les gens du village. Il y a Corinne, la prof d’arts plastiques du collège, Pierre le doyen, Christine and the reste. Moyenne d’âge 57 ans ! Mais je m’en fiche, moi je veux jouer. On joue qu’une seule fois par an, le week-end de Pâques devant une cinquantaine de personnes venues tout droit de Fresnay L’évêque, une commune de 560 habitants située en plein cœur de la cambrousse.

Quand tu vis dans un village, il faut savoir que les distractions ne sont pas nombreuses sauf si tu veux faire 50km pour trouver le premier cinéma. Alors ce week-end théâtral de Pâques est toujours un moment festif et à moi ça me rappelle, ces premiers instants de bonheur sur scène, ces premiers guili guili dans le ventre avant d’entrer en piste et ces premiers applaudissements des spectateurs, heureux pour de vrai.

A 14 ans, je découvre que ça peut devenir une matière au lycée et là c’est Noël. Quelques années plus tard, quand j’obtiens mon bac littéraire option théâtre avec fierté, le Père Fouettard passé par là, décide que le théâtre ce n’est que pour les enfants. Il choisit pour moi une Licence de Lettres Modernes et là, c’est le drame. Rendez-moi mon Shakespeare, merde !

Quand est-ce que tu trouves un vrai métier ?

Quand tu as la chance de découvrir très tôt ta passion, tu ne peux aimer avec autant d’ardeur quelque chose d’autre. Et pourtant Dieu sait que j’ai essayé ! Après avoir lâchement abandonné la fac pour des études de communication financées par McDonald’s, Décathlon, Hippopotamus et la discothèque Le Double Six (Arrêtez de m’imaginer en gogo, j’étais barmaid !), j’ai cherché un métier dans lequel je pouvais oublier qui j’étais vraiment.

Je suis d’abord devenue Assistante de Direction, de Communication, de Marketing, de Production. J’ai ensuite décroché un job de Journaliste sans en avoir le diplôme, en commençant sur un petit site médias qui me rémunérait 535e/mois pour 50h de boulot/semaine. Qu’importe, je crois en moi et c’est comme ça que j’atteris plus tard chez le grand Mondadori Presse, à la rédaction de Closer.fr pour couvrir l’accouchement de Kate Middleton et l’incident du scooter de François Hollande.

Quand j’en ai eu assez d’être dans l’ombre, j’ai dis au monde : « Reste cool bébé, J’te dis Bye Bye ! ». Avec 3 culottes et mon grain de folie, je débarque à Calvi pour la saison de ma vie et là, c’est THE révélation. J’ai alors 25 ans et plus personne ne me dira ce que je dois faire. C’est décidé : je rentre à Paris et je serai une artiste !

Partager:

9 Commentaires

  1. Emeline Butelot
    2 novembre 2016 / 19 h 32 min

    Bonne chance pour la route Pauline, même si je sais que tu sauras provoquer celle ci et que c’est déjà un ingrédient essentiel pour réussir dans ce métier. Je te souhaite que la petite fille que tu as été puisse regarder l’adulte que tu es dans un miroir et lui dire: « t’as réussi ma poule! »
    Bravo pour ce blog, simple, épuré comme je les aimes .

    Emeline

    • pauline
      2 novembre 2016 / 19 h 42 min

      Merci Emeline, ça me va droit au coeur.

  2. Brigitte
    4 novembre 2016 / 13 h 05 min

    Alors popo je dis chapeau. Continue à écrire car tu le fais très bien et te lire est un vrai plaisir . Je souhaite de tout oeuvre que tu reussisses. Bisoussssss

    • pauline
      4 novembre 2016 / 13 h 15 min

      Merci Brigitte d’avoir pris le temps de me lire et de laisser un commentaire. Ça m’encourage à continuer. Je t’embrasse.
      Pauline

  3. Morgane C.
    4 novembre 2016 / 15 h 16 min

    Keep Going … Ecrire est déjà un grand début il parait. Et puis ca donne du courage aux autres 😉
    A plus,

    Morgane.

    • pauline
      4 novembre 2016 / 18 h 39 min

      Merci Mo !

  4. Michèle CLEBANT
    4 novembre 2016 / 16 h 30 min

    Popo, j’ai pris le temps de te lire, c’est très beau, c’est vrai je confirme ton envie depuis toute petite. maintenant tu peux réaliser ce rêve alors vas y fonce ! tu es une battante tu vas y arriver. bisous

    • pauline
      4 novembre 2016 / 18 h 40 min

      Merci Michèle, ça me touche beaucoup.

  5. Flavinou
    7 novembre 2016 / 20 h 40 min

    C’est tellement bien rédigé que j’arrive à imaginer et ressentir ce que tu partages ! Une vraie Artiste !

Répondre à Morgane C. Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *