Ce jour où … J’ai passé un casting nue pour la série Versailles !

« J’peux pas j’ai aqua poney à Versailles ». C’est ce que j’aurai dû dire à la directrice de casting quand elle m’a appelé pour me dire que mon profil avait été retenu.  Deux jours plus tard, je suis nue ou presque devant une caméra pour décrocher un petit rôle dans une super-production de Canal+.

Recherche très très jolies rousses à l’aise avec la nudité

Il faut revenir quelques jours auparavant pour comprendre. On me taggue sur une annonce qui dit rechercher deux « très très jolies rousses à l’aise avec la nudité » pour une séquence hot dans un lit avec Louis XIV. Bon déjà ça veut dire quoi le « double très jolie » ? Toi t’es une fois très jolie, toi en revanche deux fois très mignonne mais pas suffisamment jolie. On l’a compris, ils veulent de la bombasse et moi hésitante sur mon sex appeal, je sais pas si je suis assez double très jolie pour eux. Oh et puis merde, j’ai rien à perdre j’envoie ma candidature en l’oubliant aussi vite. J’ai aucune chance !

BIM ! On m’appelle quelques jours après et à ma grande surprise, mon profil leur a plu mais la directrice de casting tient à me mettre en garde : « Il s’agit d’une scène de sexe simulé, où tu es nue avec deux autres personnes. Es-tu à l’aise avec ça ? ». Il faut savoir que moi j’ai pas vraiment de problèmes avec cette idée. Si la nudité est justifiée par un scénario, pourquoi pas. En plus de ça c’est Canal+ et je sais pour avoir vu quelques épisodes de la série, que ce n’est pas fait de manière à dégrader la comédienne mais bel et bien pour venir illustrer une histoire à une époque où le sexe était maître au Château de Versailles. Et puis je suis sûre que j’aurai plu à Louis XIV alors je lui dis BANCO.

Le casting est fixé deux jours plus tard et sur le mail de convocation, je lis qu’il faut venir habillée d’une robe longue et qu’une photo en topless serait faite. J’enregistre l’info et pour ma préparation, je me gave d’épisodes des saisons précédentes. Je regarde « Deux soeurs pour un roi » ou encore « Le masque de fer ». Je lis et relis la partie du scénario qui m’a été envoyée et je m’imprègne des différentes séquences. Il est pas question que je rate ce casting car c’est la première fois qu’il s’agit d’un aussi gros projet même si c’est un tout petit rôle. De toute façon, y’a pas de petit rôle.

CASTING JOUR J

Réveil matinal en musique. Après la préparation mentale, place à la préparation physique. Je n’ai pas le droit au maquillage. Cela veut donc dire que je dois super bien hydratée ma peau après avoir fait un masque de nuit et un masque repulpant booster d’éclat de jour. Ouai on rigole pas nous. Côté cheveux, j’ai dormi avec un masque home made huile de ricin/coco et après un shampoing pigmentant + un semblant de brushing, ma chevelure rousse avait un semblant de gueule. J’ai bien évidemment pris soin de m’hydrater le corps et de choisir ma culotte. Bah oui j’anticipe la mise à mort euh à nue et j’opte pour le classique boxer noir qui mettra mes fesses en valeur sans trop les montrer et j’enfile une de mes robes préférées signée Karma Koma.

Cette robe, la directrice de casting n’aura pas le temps de tomber sous son charme corse puisque à peine arrivée dans la salle de casting, elle me demande de me déshabiller. Je tombe le haut en entendant « topless ». « Non tu enlèves tout et tu ne gardes que ta culotte ». Hum je suis pas venue me faire épiler en faite. Bon okay je suis tranquille, je suis bien, je suis détendue. « Pas de problèmes tout de suite ! » Je m’exécute. J’en ai rien à faire d’être en culotte pour prendre une photo. Je l’ai bien compris, ils vont choisir une paire de fesses.

Par contre, lorsqu’elle me demande de m’allonger à même le sol pour simuler un plan à trois toute seule à dix centimètres d’elle et de sa caméra, là j’avoue que la machine s’enraille. Je suis incapable de jouer quoi que ce soit de crédible. Donc pour voir si je suis vraiment à l’aise nue elle me met dans des situations grotesques à la limite du respectable, c’est ça l’idée ? Le casting dure 7 minutes top chrono et je pense qu’elle n’a même pas entendu le son de ma voix.

J’aurai dû claquer la porte !

Je sors de la salle, je suis énervée, frustrée tout ce que tu veux. Énervée contre moi-même parce que je me suis dis que j’aurai dû jouer le jeu du plan à trois avec le roi invisible et que j’en ai été incapable. Mets-moi au moins une poupée gonflable ou un chien que je puisse te donner du regard, de la séduction, du jeu. Énervée contre la directrice de casting qui m’a donné l’impression d’être un objet qu’on fout à poil sur commande. J’arrive toujours pas à comprendre l’intérêt de m’auditionner en culotte à même le sol alors qu’elle avait déjà pris des photos de moi en long en large et en travers.

Si ça avait été autre chose qu’une série Canal+ ou un film pour Besson, j’aurai déjà claqué la porte et c’est pour ça que c’est dégueulasse. D’ailleurs j’aurais dû claquer la porte ! Sous prétexte qu’en tant que jeune comédienne tu rêves qu’on te donne ta chance, t’es prête à te foutre à poil à 17h devant une nana qui t’as à peine demandé ton prénom. Je m’en suis voulue et j’ai été si frustrée de me dire que cette directrice de casting que j’avais envie de rencontrer n’a rien pu retenir de moi ou de mon talent. A tel point qu’en sortant, j’étais persuadée d’avoir complètement raté mon casting.

CLAP DE FIN

Aujourd’hui, je n’attends pas la réponse pour écrire mon article coup de  gueule. Si j’avais la moindre chance, je pense qu’elle vient de s’envoler en éclats. Qu’importe, j’a décidé d’assumer et en même temps, c’est ce que je voulais en créant ce blog. Partager avec vous mes histoires et mes expériences pas toujours sympa afin qu’elles vous servent ou qu’elles vous fassent simplement sourire.

Authenticité, bienveillance et solidarité sont les maîtres mots de ce blog. N’en déplaise à Louis XIV et sa cour.

 

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *