Devenir comédien n’est pas chose facile. Heureusement pour vous, j’ai décidé de vous dévoiler aujourd’hui les quelques petites étapes qui vont vous permettre d’arriver directement à la Cérémonie des OSCAR.

(Attention, pauline-conseil.com ne saura être tenu responsable des OSCAR qui vous passeront sous le nez)

1- Déterminez vos envies et vos objectifs : Vous préférez le théâtre ou le cinéma ? Le mime ou les claquettes ? Être dans une troupe amateur ou en faire votre métier ?

2- Choisissez la formation qui vous correspond (en suivant les conseils de mon super article : « Comment se former pour devenir comédien ») et suivez la avec sérieux durant tout votre cursus. L’école est importante mais votre travail personnel et votre motivation le sont encore plus.

3- Après l’école, continuez à travailler ! On ne devient pas acteur parce qu’on a obtenu un diplôme alors même après sa formation, on poursuit son training : Stages, autres formations spécialisées, projets personnels, …

4- Réalisez un super book photo. Lorsque vous commencez à vouloir travailler, il est très important d’avoir de très belles photos de soi à montrer aux professionnels. Le book photo d’un comédien a lui aussi ses codes et il faut les connaître. En quelques mots, on doit y voir votre personnalité et votre naturel.

5- Entrainez-vous à passer des castings dans toutes les conditions possibles. Demandez à des amis de jouer le jeu, mettez-vous en situation dans un studio de 9m2, préparez votre discours de présentation, ajoutez vous des difficultés et enfin apprenez à gérer votre stress.

6- Commencez à tourner avec les étudiants en réalisation. Ils n’ont souvent pas les moyens de rémunérer des acteurs déjà professionnels et se fichent pas mal de votre CV, qui on le sait, est encore vide. Vous pouvez tomber sur des projets plutôt cool et vous pourrez alors, obtenir des images pour réaliser votre première bande démo !

7- S’inscrire dans les agences de mannequins. Si les gens parlent souvent « d’agences de pubs », il s’agit bel et bien d’agences de mannequins et comédiens mais on s’en fout, on a compris l’idée. L’idée justement, c’est de candidater souvent en ligne, pour intégrer le catalogue de l’agence. Une fois que c’est fait : à vous les castings pour la pub McDo !

8- Courir après un agent ! Même si cet agent en question représente souvent un fantasme, c’est toujours bien d’en avoir un à ses côtés. Présentez lui votre CV, Photos et Bande-Démo et priez pour que ça lui plaise ! Tournez vous aussi vers les directeurs de castings et une fois que le premier contact visuel ou textuel est établit, n’oubliez pas d’entretenir régulièrement votre réseau.

9- Se créer un réseau professionnel : OF COURSE ! Amis comédiens, réalisateurs, scénaristes, photographes and co, prenez le temps de boire un café avec eux et d’échanger mutuellement sur vos projets. Sait-on jamais, la réussite dans ce métier se résume parfois à une question de chance.

10- Accrochez-vous et ne laissez pas tomber à la première défaite. Ah oui, et continuez à lire mon blog aussi !

LE JOUR J, SAVOUREZ !

 

Que se passe-t-il lorsque l’équipe de tournage vous oublie le jour du dit tournage ? Encore une chose qu’on ne nous apprend pas à l’école de théâtre mais bien à celle de la vie. 

Quotidiennement, je m’efforce de trouver de nouvelles opportunités de tournage via les réseaux spécialisés que je connais. Facebook par exemple, est devenu un véritable outil pour moi, jeune comédienne qui débute, puisqu’il me permet d’accéder à de nombreuses annonces de castings chaque jour et ce gratuitement. Je réponds en moyenne à 10 annonces par semaine et je dois avouer que les quelques petits trucs que j’ai réussi à décrocher jusqu’ici, c’est grâce à Facebook. De plus en plus de professionnels utilisent ce réseau afin de trouver rapidement les profils dont ils ont besoin et la machine fonctionne assez bien.

Revenons-en à nos moutons. Début de semaine dernière, je tombe sur une annonce urgente pour la publicité d’un grand groupe de luxe. L’équipe est à la recherche de jeunes femmes pour de la figuration. Je tente comme souvent et là par chance, la mayonnaise prend !

J-2 AVANT LE TOURNAGE

Episode #1 

La fille du Cast m’appelle le lendemain pour me dire que mon profil a été retenu. OH JOIE IMMENSE ! Après s’être rassurée que j’étais une vraie rousse (Oui oui c’est important !), elle me balance le pitch et me dit que le tournage aura lieu dans 2 jours ! « Tu vas recevoir toutes les infos demain par mail. »

J-1 AVANT LE TOURNAGE

Episode #2 

Je reçois un premier mail en début de matinée pour que j’envoie mes infos de base : nom, prénom, adresse, numéro de sécu, tour de poitrine, bla bla bla. Ce que je fais évidemment, en bonne élève que je suis.
Il est 16h25 et je n’ai aucune vraie info sur le tournage qui aura lieu le lendemain. J’envoie donc un premier texto à la chargée de casting : « Hello, as-tu des infos pour demain ? »
Alléluïa, j’ai un début de réponse avec un RDV à 8h du matin (Oh Joie Immense #Numerobis), des indications sur la tenue à avoir et elle m’écrit qu’une feuille de service avec l’indication du lieu de tournage nous sera envoyé par mail en fin de journée.

Episode #3 

Il est 22h et je commence doucement à m’inquiéter du fait que je n’ai toujours rien reçu. Deuxième texto de la journée : « Hello, Toujours pas reçu la FDS ! Est-ce que je peux au moins avoir l’adresse du tournage ? » Et là va commencer une longue et douloureuse attente.
Non, ne panique pas Pauline ! Dans ma tête, c’est le bordel. En proie au doute, je me dis qu’ils ont sûrement annulé ma participation et qu’ils vont tout simplement ignorer mes messages (Oui je suis une optimiste née !). Prince Charmant m’ordonne de reprendre mes esprits et de les harceler jusqu’à ce que j’obtienne une réponse. « La différence entre ceux qui réussissent et ceux qui échouent, c’est l’acharnement mon amour, » m’écrit-il. –« Oui mais ils vont me détester à force de les harceler, non ? »« Ce ne sont pas tes potes, tu t’en fous. Il te faut cette adresse, un point c’est tout ! »

Episode #4

Prenant mon courage à deux mains, j’envoie un  mail à l’assistante de production qui avait demandé mon RIB plus tôt dans la journée. Je trouve son numéro de téléphone et je lui envoie aussi un texto. Et puis j’en profite pour renvoyer un texto à la chargée de casting. Il est bientôt minuit et comme Cendrillon, je vais rentrer bredouille. Toujours pas de signe de vie ! Sur le mail que j’ai reçu, je vois en copie le nom d’une comédienne. Les autres ont des adresses du style pioupioudu287@gmail.com, pas facile pour mon enquête.  Je la trouve sur Facebook et je lui balance un MP + un mail en espérant qu’elle ne dorme pas encore. C’est raté ! Alors je fais quoi ? Il est 1h34 du matin,  il faudrait que je pense à dormir et je mets quand même un réveil à 6h30 en espérant qu’ils répondront dans la nuit.

JOUR J | TOURNAGE

Episode #5

6h30 A.M : Le réveil sonne ! J’ai beau actualisé ma boite mail toutes les secondes, rien n’y fait. ZERO MAIL ! Fuck off, je retourne me coucher.
7h45 : « Allô, Pauline Pardon Pardon Pardon mais il semblerait que l’assistante de l’assistante ait oublié de t’envoyer la Feuille de service. Elle te l’envoie tout de suite ».
Oh pu***, je peux pas y aller avec  mon pyjama Bambi. Vite la douche !  J’ai RDV à 8h dans le 17ème, je n’y serai jamais. Brossage de dents tout en enfilant un jean, tout en se mettant un peu de BB Crème et de shampoing sec tout en se commandant un uber. Yes, we can !
8h : Je suis dans le ub’. Chauffeur si t’es champion, appuie sur le champignon.

Episode #6

8h23 : Arrivée sur les lieux. Je fonce direction la caravane où a été aménagée pour l’occasion, la loge stylisme/maquillage. Une fois que ma tenue – chic/sophistiquée/mais sobre/ de bureau- a été validée par la styliste, j’ai le droit d’aller prendre un café. Ça valait la peine de courir et de payer un uber !
9h : Le tournage peut commencer. Le réalisateur est américain, c’est amusant. Mon rôle : Je fais un volet. Ça veut dire que je traverse la pièce d’un bout à l’autre pour lui donner de la vie.  J’ai pris mon rôle très au sérieux  jusqu’à ce que le réal pense que le volet, c’était pas forcément une bonne idée. Je vais squatter le canapé en attendant et puis « Fin de tournage, Merci à tous ». –« Euh déjà ? Fine ! C’était sympa de vous rencontrer en tout cas ».

Alors, on retient quoi de cette histoire ?

#CONSEILS

Toujours insister pour avoir le plus d’information possible. S’il n’est pas rare que la Feuille de Service soit envoyée la veille du tournage, tard le soir, faites en sorte d’avoir au moins l’heure de RDV et le lieu le plus tôt possible. Si tout se fait à la dernière minute, identifiez bien les personnes avec lesquelles vous êtes en contact : Chargée de casting ? Assistant de production ? Réalisateur ? … Et récupérer au moins un numéro de téléphone sur lequel vous pourrez envoyer un texto tardif en cas d’urgence.
S’acharner.
Se dire que ce n’est pas en restant sur son canapé que Luc Besson va finir par nous repérer.

Crédits Photo : Guillaume Dambreville

Loin du mythe de l’acteur né, de ce génie comme Romain Duris repéré à la sortie du lycée, tout acteur doit apprendre son métier et continuer à travailler chaque jour plus dur encore pour rester au niveau. Parce que si l’acteur est souvent un être sensible capable de faire preuve d’imagination et de puiser au fond de sa propre histoire pour faire ressentir une émotion, la technique ne s’invente pas.

Petite, je pensais à quelque chose de triste pour pleurer en disant : « Tu vois, je sais pleurer sur commande ».
Plus tard, un professeur m’a appris tout le contraire. « Imagine-toi sur scène, m’a-t-il dit. Tous les soirs, tu joues l’émotion de ton personnage qui perd tragiquement son père. Si tu te remémores la mort de ton père ou d’un être proche à chaque représentation, tu finis en dépression nerveuse. »

Il avait raison. Parce que même si tu sens que c’est en toi, que « Devenir comédien » ne rime à rien puisque tu l’es déjà depuis toujours et qu’on te l’a dit « Tu as du talent » et bien c’est une discipline qui s’apprend.

WORK WORK WORK

Peu importe l’âge que tu as, quand tu choisis de devenir réellement comédien, tu t’interroges : « Comment faire pour y parvenir ? ». La première étape est souvent de choisir sa formation.

Lorsque j’ai commencé cet article, j’avais en tête un objectif. Celui de vous lister les formations qui semblent le plus crédibles, réunir un maximum d’avis positifs et négatifs d’anciens élèves pour vous orienter dans vos choix. J’avais vraiment espoir de vous livrer un début de solution à cet immense casse-tête chinois que beaucoup d’entre nous connaissent. J’aurai pu vous balancer un copier-coller d’internet avec « Les 10 meilleures écoles de théâtres de Paris » mais j’ai envie d’honnêteté sur ce blog.

Alors la vérité c’est que lorsque j’ai cherché à vous lister des écoles, j’en ai vu défiler des centaines à Paris et franchement, je ne sais pas ce qui m’a fait le plus flipper : Me dire que c’est vraiment un business incroyable dans lequel des gens qui n’ont aucune crédibilité se font de l’argent sur le dos de doux rêveurs ? Ou bien qu’on laisse rêver des milliers de personnes au lieu de les préparer réellement à ce qui les attend ?
L’autre raison pour laquelle je n’ai pas pu mener ma mission à bien, c’est que les anciens élèves ne sont pas très bavards et que c’est un vrai travail de titan que de réunir avec précision des centaines de témoignages.

SUR LA ROUTE

Alors voilà, mon premier conseil si tu cherches une école pour devenir comédien c’est de commencer à arrêter de fantasmer. Putain, ça sera pas facile et ce n’est pas ta mère qui te le dis pour te décourager. Peu importe tes choix, accroches-toi car la route sera longue. Vous serez des milliers à avoir le même objectif. Tu tomberas sur des gens plus talentueux et plus travailleurs que toi, tu croiseras la route de certains chanceux qui ne méritent pas un quart de ce qui leur arrive.
Mais si tu tiens bon, c’est que tu es vraiment fait pour ce métier, RÊVE parce que c’est encore permis et CONTINUE d’avancer pour arriver là où tu en as envie.

Enfin selon moi, le choix d’une école reste très personnel. Il y a autant de comédiens que d’hommes et nos attentes, nos objectifs sont forcément différents les uns des autres. Moi par exemple, c’était un cursus d’acting, tourné vers le jeu caméra que je recherchais. Je voulais faire de l’image, tourner en imitant au plus près les conditions réelles de tournage.

Comment j’ai trouvé mon école ? En cherchant « Cours d’acteur à Paris » sur le web et l’école Acting International est sortie dans les premières propositions Google, sûrement dû à un référencement payant du tonnerre.

Pourquoi ont-ils fini par me convaincre ? Parce que l’école proposait des stages d’initiation à seulement 100 euros la semaine, somme déduite de ta scolarité si tu finissais par t’inscrire. C’était vraiment le bon plan parce que je pouvais tester le produit avant de l’acheter. Ah oui parce qu’on a pas abordé le sujet du tarif mais une école de ce style coûte à l’élève environ 3500 euros l’année, soit 350e/mois. Mieux vaut donc être sûr de son choix !

[J’aurai l’occasion de vous faire un article complet sur mon expérience au sein d’ Acting International qui n’a pas été de tout repos.]

#CONSEILS

  1. Réfléchir à ses attentes concernant sa formation : théâtre, cinéma, actor studio ?
  2. Lister les quelques écoles qui semblent intéressantes
  3. Les contacter une par une pour recevoir la brochure de l’école
  4. Se renseigner sur les professeurs et les méthodes enseignées
  5. S’inscrire à un cours d’essai si possible
  6. Regarder les avis d’anciens élèves sur les comptes FB des écoles
  7. Suivre son instinct
  8. JUST DO IT !

Pour finir, voici deux articles que j’ai tenu à partager avec vous et qui m’ont semblé les plus intéressants compte tenu de notre recherche.
Le premier répertorie les nombreuses possibilités pour se former à Paris, conservatoires et écoles privées, avec quelques infos pour chaque. Le second est un site joliment appelé « Haut les cours » qui se veut sélectif, indépendant et qui propose des articles sur les différents ateliers et professeurs avec recommandations des participants, afin de vous aider à faire votre choix.

  • Liste des écoles et formations artistiques à Paris : ICI
  • Site de recommandation Haut Les Cours ! : ICI

BONNE ROUTE !

Mardi 1er novembre, 18h16, Paris. J’émerge à peine de mes 5 jours sur le salon de la Paris Games Week où j’ai bossé comme hôtesse pour Playstation (Oui, on fait ses cachets comme on peut), quand un message Facebook attire toute mon attention : Jean-Bernard Feitussi, Directeur de l’école de théâtre Les Enfants Terribles, met en place un atelier ciné/télé pour les gens ayant déjà suivi une formation professionnelle et soucieux de continuer à suivre un training sérieux.

[On  a fait un bon dans le temps depuis mon retour de Calvi mais ne vous inquiétez pas, je vous raconterai toute l’histoire.]

Bref, moi j’ai déjà suivi une formation pro (Acting International – 2 YEARS), j’ai envie de bosser avec ce Monsieur et ça fait au moins  3 mois que j’ai pas suivi un cours de quoi que ce soit. Après 2. 3 calculs dans ma tête pour savoir comment je vais réussir à réunir 400 euros en petites coupures, j’envoie un message FB à ce Mr Feitussi (Et oui, on n’est plus au temps d’Alain Delon et Brigitte. Aujourd’hui, on postule 2.0 !).
Premier contact sympa, il me dit de le rappeler le lendemain soir. Acte 2 : Après avoir échangé quelques banalités, il m’annonce que l’admission au stage est sur niveau et donc sur audition qui aura lieu le lendemain à 18h.

[Moi dans ma tête]

« Oui mais enfaîte non. Demain, j’ai baby sitting. Bah oui, comment tu crois que j’arrive à payer le loyer ? Et à 18h, Pia prend son bain. Ah et surtout, j’ai plus de voix du tout. Je l’ai perdu quelque part sur la PGW entre les « T’es chez Playstation », »Po Polo Po Po Po Poooo » et les « Mesdames et Messieurs, Bienvenue, Avancez s’il vous plaît ». Si si je t’assure, j’ai pas du tout la voix de Garou en vrai et je suis pas sûre de récupérer l’originale de sitôt. Oh et puis franchement, tu veux que je me trouve un monologue de ciné et que je l’apprenne genre maintenant pour hier entre 2 couches, 1 biberon et 1 Pom’Pote ! C’est une blague ? Je vais aller dormir plutôt ! »

[Moi en vrai]

« Pas de problèmes. 18h ? Je serai là ! »

ACTION / REACTION : MISSION AUDITION

Alors maintenant que t’as fini de faire ta maline Pauline, tu fais quoi ?

1. On reprend son corps en main

Il est 21h. Tu manges léger tout en laissant poser ton masque revitalisant/anti-fatigue/anti-cernes/belle gosse. Tu te shootes à base de Thé citron miel/sirop/pastilles à sucer. Tu économises ta voix et non tu ne vas pas raconter à ta coloc’ de cousine ta super journée à rien foutre. Juste tu la boucles ! (Oui, on sait. C’est dur !) Et surtout, tu te dépêches de bosser pour te coucher tôt même si entre nous, ta journée de baby sittor de demain terminera de souligner tes jolies cernes.

2. On envoie un message à ses copains acteurs 

#Help #Mayde #911  : It’s an emergency ! « Qui pense à un texte pour moi ? Genre monologue de ciné pour une actrice de 25 ans ? Un truc que je pourrais jouer, crédible quoi. Me sortez pas une scène de Walking Dead ou Game of Thrones ».

3. On ressort un bon vieux monologue de Marion Cotillard

-« Pourquoi tu fais pas Marion Cotillard dans Jeux d’Enfants ?  » [Je t’ai manqué ? Non parce que toi tu m’as manqué.]

-« Pourquoi ? Bah peut être parce que c’est mon film préféré, que j’entends la voix de Marion résonner dans ma tête et que ce Monsieur a dû l’entendre genre 1 million de fois. Et puis, il a l’air facile ce monologue mais enfaîte non pas du tout, il est casse gueule. »

4. On y va au talent comme d’hab’

Bon concrètement à force de réfléchir, j’ai perdu au moins 2h. Alors maintenant, tu la boucles et tu vas bosser avec Marion. Tu te dis que de toute façon, tu vas y aller  au talent comme d’habitude (smiley barre de rires) avant de t’écrouler de fatigue, happée par les bras de Morphée.

5. Annule et Remplace

Tu te réveilles le lendemain et ton audition a été repoussée à lundi, soit 4 jours plus tard. Alléluiaaaaaa !

Alors, on retient quoi de cette histoire ?

#CONSEILS

Toujours toujours toujours avoir une liste de textes, monologues de cinéma, télévision et théâtre que tu aimes et que tu maîtrises sous la main. Comme ça plus d’angoisse si Luc Besson t’appelle pour te voir dans l’heure !

Bon je vous laisse, Pia vient de se réveiller de sa sieste. En attendant, n’hésitez pas à balancer vos idées de textes en commentaires !

 

Crédits photo : Guillaume Dambreville

Aussi longtemps que je me souvienne, j’ai toujours voulu être une artiste. J’aimais danser, chanter et amuser la galerie (Traduisez : Faire kiffer la famille !).
A l’âge de 8 ans, je découvre le théâtre et là, c’est le coup de foudre entre le plancher et moi. En même temps, même si j’étais tombé en amour avec la chanson, elle, ne m’avait pas vraiment choisie. Qu’importe, j’aimais être sur scène et jouer à être quelqu’un d’autre que moi pour un public qui me regardait moi.
J’ai alors 8 ans et je veux crier au monde : « Laissez moi tranquille avec vos tables de multiplications, moi j’ai déjà trouvé ma voie ».

Il était une fois dans l’ouest

Toute l’année, je travaille mon rôle avec les gens du village. Il y a Corinne, la prof d’arts plastiques du collège, Pierre le doyen, Christine and the reste. Moyenne d’âge 57 ans ! Mais je m’en fiche, moi je veux jouer. On joue qu’une seule fois par an, le week-end de Pâques devant une cinquantaine de personnes venues tout droit de Fresnay L’évêque, une commune de 560 habitants située en plein cœur de la cambrousse.

Quand tu vis dans un village, il faut savoir que les distractions ne sont pas nombreuses sauf si tu veux faire 50km pour trouver le premier cinéma. Alors ce week-end théâtral de Pâques est toujours un moment festif et à moi ça me rappelle, ces premiers instants de bonheur sur scène, ces premiers guili guili dans le ventre avant d’entrer en piste et ces premiers applaudissements des spectateurs, heureux pour de vrai.

A 14 ans, je découvre que ça peut devenir une matière au lycée et là c’est Noël. Quelques années plus tard, quand j’obtiens mon bac littéraire option théâtre avec fierté, le Père Fouettard passé par là, décide que le théâtre ce n’est que pour les enfants. Il choisit pour moi une Licence de Lettres Modernes et là, c’est le drame. Rendez-moi mon Shakespeare, merde !

Quand est-ce que tu trouves un vrai métier ?

Quand tu as la chance de découvrir très tôt ta passion, tu ne peux aimer avec autant d’ardeur quelque chose d’autre. Et pourtant Dieu sait que j’ai essayé ! Après avoir lâchement abandonné la fac pour des études de communication financées par McDonald’s, Décathlon, Hippopotamus et la discothèque Le Double Six (Arrêtez de m’imaginer en gogo, j’étais barmaid !), j’ai cherché un métier dans lequel je pouvais oublier qui j’étais vraiment.

Je suis d’abord devenue Assistante de Direction, de Communication, de Marketing, de Production. J’ai ensuite décroché un job de Journaliste sans en avoir le diplôme, en commençant sur un petit site médias qui me rémunérait 535e/mois pour 50h de boulot/semaine. Qu’importe, je crois en moi et c’est comme ça que j’atteris plus tard chez le grand Mondadori Presse, à la rédaction de Closer.fr pour couvrir l’accouchement de Kate Middleton et l’incident du scooter de François Hollande.

Quand j’en ai eu assez d’être dans l’ombre, j’ai dis au monde : « Reste cool bébé, J’te dis Bye Bye ! ». Avec 3 culottes et mon grain de folie, je débarque à Calvi pour la saison de ma vie et là, c’est THE révélation. J’ai alors 25 ans et plus personne ne me dira ce que je dois faire. C’est décidé : je rentre à Paris et je serai une artiste !